LES  VERGERS  DE  MOTHOIS


Accueil

EARL du domaine de Mothois
Pays de Bray
Agriculture raisonnée
Moutons et vergers
Energie Solaire
Visite guidée

Location vélos électriques

Quoi de neuf ?

Produits de la ferme:

  Pommes de table
  Cidre fermier
  Jus de pomme
  Miel
  Vinaigre de cidre
  Gelée de pomme
  Agneau d'herbe
 
Magasin
Prix des produits
Contact

L'agriculture raisonnée et biologique :

Depuis plus de dix ans nous pratiquons l'agriculture dite raisonnée, étape nécessaire pour passer à l'agriculture biologique. Les vergers de pommes à cidre sont en période de conversion à l'agriculture biologique (3 ans).

Objectifs :abeille

Limiter au maximum les interventions phytosanitaires,

Préserver l’environnement et la santé des personnes,
Réduire les coûts.

Moyens :

Entretenir un environnement favorable aux équilibres naturels,
Choisir des variétés de végétaux résistantes aux maladies,
Observer et s’informer pour préciser les risques avant d’intervenir,
Choisir des moyens de lutte adaptés au risque.
Préserver une biodiversité favorable aux équilibres naturels.


La faune auxiliaire:

On désigne par faune auxiliaire l’ensemble des animaux qui sont utiles dans la lutte contre les ravageurs, par exemple :

      les coccinelles et les punaises contre les pucerons
      les acariens Typhlodromes contre les araignées rouges
      le pic vert contre les chenilles Zeuzère du bois
      les renards, blaireaux et rapaces contre les mulots

Beaucoup d’insecticides ne respectent pas les insectes auxiliaires, ils les détruisent en même temps que les ravageurs.
Le choix de techniques et de produits phytosanitaires adaptés permet de préserver cette faune utile.



Exemple de lutte raisonnée : LA TAVELURE

Ce champignon qui attaque les feuilles et la peau des fruits passe l’hiver au sol sur les feuilles mortes.
Au printemps, avec la pluie, il contamine les jeunes feuilles.
L’été, chaque pluie entraîne de nouvelles contaminations.
Pour limiter les traitements, il faut :

      broyer les feuilles mortes au sol pendant l’hiver.
      cibler la protection des jeunes pousses au printemps en suivant la météo.
      tenir compte de la sensibilité à la tavelure de chaque variété pour moduler la lutte.

Le Laboratoire de la Protection des Végétaux de Rouen utilise un réseau de stations météo locales pour nous avertir des risques de contamination. L’importance relative du risque permet de choisir le moyen le plus adapté pour chaque variété de pommier.


Exemple de lutte raisonnée : LE CARPOCAPSE

Les larves de ce papillon attaquent les fruits et creusent des galeries jusqu’aux pépins qu’ils dévorent.
Ils sont dangereux pour les pommes de table qui deviennent invendables, et pour les pommes à cidre car ils favorisent la présence de pourritures néfastes à la qualité du cidre et des jus.

Les papillons se reproduisent à la suite de vols (2 ou 3 dans l’année).
Il faut repérer ces vols en plaçant des pièges à phéromones dans le verger.
Le nombre des captures permet de cibler les plus gros risques.
La lutte biologique est possible grâce à la carpovirusine qui n’affecte que ce ravageur.


Exemple de lutte raisonnée : L’ARAIGNEE ROUGE

Ce ravageur est un minuscule acarien qui se nourrit des cellules des feuilles de pommier jusqu'au dépérissement de l'arbre, de plus il est difficile à détruire et nécessite des insecticides puissants qui pénalisent la faune auxiliaire.
Nous avons introduit depuis une dizaine d’années un prédateur de ces araignées rouges : le typhlodrome, c’est un acarien lui aussi mais carnivore, il se charge de réguler la population des araignées rouges.
Depuis l’introduction du Typhlodrome, il n’a plus été nécessaire de faire de traitement contre l’araignée rouge.
Le Typhlodrome est maintenant installé de façon durable dans le verger.


Exemple de lutte raisonnée : LES PUCERONS
coccinelle
Tout le monde connaît les pucerons qui prolifèrent sur les rosiers ou les arbres fruitiers, ils se gavent de la sève des arbres ce qui atrophie les feuilles et les fruits.
Ils sont de plusieurs espèces : puceron vert, migrant ou non migrant, noir, cendré ou encore lanigère.
On les trouve souvent entourés de coccinelles qui les dévorent ou de fourmis qui les protègent car elles se nourrissent de leur miellat.
Nous avons entouré les vergers de haies où se développent des pucerons différents de ceux qui nuisent au verger, les coccinelles s’y entretiennent et sont prêtes à réguler une invasion de pucerons nuisibles.
Les attaques de pucerons ne justifient plus d’intervention car elles sont limitées par la faune auxiliaire.


L'élevage ovin de plein air 

Ce type d’élevage permet de conduire un troupeau dans des conditions sanitaires optimum.
moutons
C’est le type d’élevage qui correspond le mieux au bien être des animaux.
Les brebis passent le minimum de temps en bergerie : le temps des agnelages.
Le cycle naturel de reproduction est respecté : saillies en octobre et agnelages en mars.
Les agneaux bénéficient de la pousse d’herbe du printemps pour leur croissance.
Les agneaux ainsi produits n’ont consommé que  le lait
de leur mère et de l’herbe, ils donnent une viande de qualité supérieure.
Les fourrages d’hiver (betteraves et foin) sont produits localement.

Après plusieures années d'expérimentation, les vergers à cidre en basse-tige sont pâturés (exepté pendant la récolte). Cela augmente la surface fouragère de 55 ha, permet une augmentation du nombre de brebis tout en baissant la densité de pâturage.
Le verger en bénéficie pour la simplification du travail d'entretien sous les arbres : absence de tonte et de desherbage, élimination des fruits tombès avant le récolte et baisse de la pression des maladies comme la tavelure grace à l'élimination des feuilles mortes. D'autres bénéfices sont probables pour la limitation des parasites.
Cela contribue à la biodiversité dans les vergers, favorise l'équilibre naturel entres les espèces (nuisibles et auxiliaires) et la bonne santé du sol.